Saint-Nazaire : L’éolienne flottante Floatgen est terminée

Jeudi 9 novembre 2017, par Alain Argenson (ECN 62) // Renouvelables


La construction de la toute première éolienne marine française progresse à Saint-Nazaire. Avec, pour commencer, la réalisation de son imposant flotteur en béton, un anneau carré ouvert en son centre qui mesurera 36 mètres de côté pour 10 mètres de hauteur. Les premières coulées de béton (il en faudra 1900 m3) sont intervenues en novembre 2016. Le chantier du flotteur mobilise quelques 70 personnes. C’est Bouygues Travaux Publics qui fabrique cette structure, le coffrage étant installé sur trois barges solidarisées, amarrées au quai des Charbonniers, dans le bassin de Penhoët. Le flotteur est achevé, le mat installé ainsi que la nacelle et les pales. L’éolienne doit maintenant être remorquée jusqu’au site d’expérimentation SEM-REV de l’Ecole Centrale de Nantes, situé au large du Croisic et sur lequel la machine, connectée au réseau électrique, sera testée pendant deux ans.

D’un coût de 25 millions d’euros, dont 10 supportés par l’Europe, ce démonstrateur d’éolienne flottante est réalisé dans le cadre du projet Floatgen, qui réunit 7 partenaires en France (ECN, Ideol, Bouygues), mais aussi en Allemagne (Université de Stuttgart et Fraunhofer-Iwes), au Royaume-Uni (RSK Group) et en Espagne (Zabala). L’objectif est de valider par des tests en conditions réelles différentes technologies développées pour cette première éolienne du genre, ainsi que ses performances de production d’électricité, tout en bénéficiant d’un précieux retour d’expérience en matière de méthodes de construction, d’installation et d’exploitation du système flottant. Véritable vitrine technologique, ce projet permettra d’achever la maturation de ce concept en vue d’en accélérer la commercialisation sur le marché international.



Retrouvez également cet article dans le Flash n°56.


Mots clés